Critique du Magicien d’Oz (by Captain Taverne)

oz

Il est temps que je livre mon avis sur cette superproduction Disney signée Sam Raimi…

En préambule, rappelons brièvement qui est Sam Raimi : Spiderman, la trilogie aux recettes colossales, qui a d’ailleurs inspiré le grand revival des héros en costumes moulants, bah oui c’est lui…
Pour les plus vieux, c’est aussi (et surtout) Evil Dead !!!

Alors quand on nous annonce une relecture du magicien d’Oz réalisée par le Môsieur, on se souvient alors du Alice de Burton (qu’on aime ou pas il proposait un univers très personnel) et l’attente devient grande. Le décors est planté.

Éventons de suite un secret de polichinelle, oui le film s’ouvre sur une séquence N&B type film ancien, sépia d’ailleurs pour être plus précis, et dans un format 4/3 pour renforcer l’aspect vieillot, donner du cachet à cette entrée en matière…
Sauf que ça commence mal, l’effet sépia est dégueulasse, car au lieu de jouer le jeu jusqu’au bout et de tourner la séquence en argentique, bah c’est tourné en numérique avec la fameuse Red Epic, caméra HD en vogue…

Et on se dit ok, je fais la même avec windows movie maker… C’est lisse terriblement lisse… Lors du passage à la couleur (je ne vous dit pas à quel moment) ça ne s’arrange guère… Les incrustations sont grossières et les plans maladroits, ça respire le virtuel, le trucage, du coup on n’y croit pas une seconde…
J’ai ressenti la même chose en voyant Space Jam…

Bref, la technique est un désastre, oui et le mot est pesé… Je ne peux même pas parler de dir.photo tout respire le factice…

27dfa0d0-8a19-11e2-a123-1fb49cb93da8-493x328

Parlons maintenant casting : Les rôles ont il été pensés/écrits pour que James Franco sorte du lot ??? Mila Kunis (pourtant excellente dans Ted) joue la cruche de service, Rachel Weisz et Michelle Williams ont un rôle également très simpliste… Il n’y a que James Franco qui bénéficie d’un peu de profondeur, de psychologie, le reste du casting étant composé de nains de barbus et de créatures numériques dont on se fout royalement…

Dans sa narration, le film est lui aussi sans surprises, plat, et accumule les poncifs du genre : Je suis un beau parleur égoïste, oh je vais me faire passer pour le héros, oh mais diantre un véritable héros sommeille en moi… Le « syndrome végéta »…

Alors pourquoi aller voir ce film ??? Bah il ne faut pas y aller, à moins de posséder une carte illimité… La direction artistique dégouline et semble avoir été d’avantage dictée par la production (tout comme la 3d en post prod) que véritablement par Sam Raimi… Ce dernier était beaucoup plus audacieux dans ces précédents films… Là on regarde pendant environ 2h le cahier des charges de Disney…

Et pendant ces heures qui paraissent inter »minables » ce (t)Oz souffle un vent nauséabond…

VERDICT

Note : 1.5/5 – Pour la performance de James Franco qui réussit à sortir son épingle avec une certaine justesse… Vous pensez que je suis dur ? regardez les critiques (notamment US)

By @captain_taverne

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s